metrodemontreal.com Index du Forum metrodemontreal.com
Un lieu de discussion du transport en commun de Montréal et d'ailleurs
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Transports : le porte-feuille dont les politiciens rêvent

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Urbanisme et politique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1870
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Sam Jan 30, 2016 5:16 pm    Sujet du message: Transports : le porte-feuille dont les politiciens rêvent Répondre en citant

Exit Poëti après un an et demi aux Transports. Jacques Daoust le remplace et il me semble que ce passage de l'Économie aux Transports n'est pas vu comme une promotion. Pas très sexy le portefeuille des transports : peut-être parce que ce gouvernement "austère" n'a pas un rond ou que cette question intéresse surtout Montréal qui ne constitue pas un enjeu pour qui souhaite diriger le Québec...

Quoi qu'il en soit, François Cardinal déplore que ce remplacement à la tête du ministère représente une "mise à zéro" et que l'on devra à nouveau "éduquer" le nouveau patron et reprendre le travail pour faire cheminer les dossiers d'importance.

François Cardinal, La Presse a écrit:
REMANIEMENT MINISTÉRIEL
L’éternel recommencement


François Cardinal, La Presse

Juste au moment où Robert Poëti commençait à prendre ses aises aux Transports, à maîtriser ses dossiers, à voir plus loin que le réseau routier… woupe, on le remplace par un autre.

Dur, dur sur le plan personnel, on s’en doute. Mais dur, dur aussi sur le plan politique. Car voilà un ministère dont les projets sont continuellement reportés, pelletés par en avant, remis d’année en année, pour une raison toujours meilleure que la précédente.

La nomination de Jacques Daoust est peut-être une bonne décision, on verra. Mais elle repoussera à plus tard tout ce que son prédécesseur a enclenché, le train léger sur Champlain, le train de l’Ouest, le prolongement de la ligne bleue, la réorganisation de la gouvernance, la révision du Code de la route, la réflexion sur Uber, etc.

On me dira que les fonctionnaires sont là pour assurer la continuité des dossiers. C’est vrai… à moitié.

Un remaniement oblige la fonction publique à marcher au ralenti. Elle impose un changement complet du cabinet. Et elle force tous les acteurs impliqués à prendre une pause le temps de rencontrer le nouveau titulaire, de saisir ses priorités, de recevoir l’assurance que leurs projets ont toujours la cote au gouvernement.

Ce n’est pas bien grave de changer le responsable de la région, on s’entend. Martin Coiteux va simplement faire le lien entre la métropole et un conseil des ministres qui est formé d’une majorité de députés du Grand Montréal (17 sur 29).

Mais le ministre des Transports, lui, a de gros projets, des budgets, des priorités… qui peuvent tous être révisés.

D’ailleurs, on ne parle plus du « ministère des Transports », mais bien du « ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports ».

Or si on change le nom du ministère, c’est qu’on précise son mandat. Si on précise son mandat, c’est que certaines choses changeront.

Du coup, ce n’est pas juste le papier à en-tête qu’on revoit. C’est la tête du ministère, sa mission, son titulaire, qui voudra imprimer sa marque. Comme ses prédécesseurs.

Rappelez-vous les débuts de Robert Poëti. Son chef voulait qu’il travaille en priorité sur l’extension de la ligne orange de Côte-Vertu à Laval ! Puis une fois revenu au prolongement de la bleue, il s’est mis à proposer toute sorte d’idées étranges.

Il a d’abord voulu un prolongement « en surface », un métro qui sort de terre, genre. Il a ensuite proposé un train « à 12, 18 ou 20 pieds dans les airs », sorte de monorail qui aurait « sauté les intersections ». Pour finalement conclure que l’avenir était dans le « tram-train »…

Pierre Moreau a fait la même chose quand il a pris les rênes des Transports, en 2011. Il a lancé quelques idées originales, comme un service de bateau-bus pour se rendre sur la Rive-Sud, ou encore des télécabines suspendues au-dessus du fleuve.

Comme si chaque ministre passait par une phase d’exploration, comme si on voulait chaque fois réinventer la roue, comme si on pouvait se permettre de recommencer à zéro à chaque remaniement, chaque élection, réorganisation, réforme…

Toutes les excuses sont bonnes, en effet ! Seulement ces dernières années, il y a eu la réorganisation du ministère des Transports, qui a été fusionné avec les Affaires municipales par les péquistes, puis défusionné par les libéraux (même si la synergie était plus prometteuse que ce curieux « ministère de l’Intérieur »).

Il y a eu la réforme de la gouvernance, pour laquelle un projet de loi a été déposé après des années de réflexion (on devine le dynamisme de l’AMT qui sait ses jours comptés).

Et il y a la réorganisation en cours du financement des infrastructures, provoqué par l’élection de Justin Trudeau. Une raison de plus pour repousser les grands projets, qui doivent désormais attendre les détails du plan fédéral (pas de décision sur la ligne bleue en 2016, vous l’aurez lu ici en premier).

Qu’on ne se surprenne pas ensuite qu’il n’y ait actuellement aucun projet de transport en commun lourd approuvé dans la région de Montréal. AUCUN.

Philippe Couillard a dit hier que le remaniement permettait au Québec d’avancer. Peut-être. Mais aux Transports, comme disent les chauffeurs de bus, on risque d’avancer par en arrière.

Source : http://plus.lapresse.ca/screens/0e71fa04-c368-4c62-bbaa-69129282887a%7CsBIPfzS3_at7.html

Voici des réactions relativement au changement de mission du ministère :
Bruno Bisson, La Presse a écrit:
Une nouvelle mission pour le ministère des Transports

Le ministère des Transports n'a pas seulement changé de ministre. Il a aussi changé de nom. Si la rétrogradation du ministre Robert Poëti surprend, la mission élargie à la Mobilité durable et à l'Électrification des transports ravit la plupart des observateurs joints hier par La Presse. Réactions.

Steven Guilbeault, directeur principal d'Équiterre
« Au-delà de la personnalité du nouveau ministre, je crois qu'il y a aussi un signal important dans le changement de titre du ministère [qui deviendra le Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports]. Le message que ça envoie, c'est que le MTQ doit maintenant être plus qu'un ministère de la Voirie, comme dans les années 60, mais un véritable ministère qui va définir une vision des transports du XXIe siècle. Il va falloir faire un virage important, au Québec, sur le plan énergétique et en matière de lutte aux changements climatiques, et je pense que l'annonce d'aujourd'hui va dans ce sens-là. »

François Pépin, président de Transports 2000 Québec, association d'usagers
« Personne ne l'a vu venir. Le ministre Poëti doit être remercié pour avoir maintenu le budget supplémentaire de 1 milliard de dollars que le gouvernement précédent avait transféré du budget des routes vers les transports en commun, et pour avoir complété le projet du train de banlieue de Mascouche. Nous espérons aussi que le projet de loi sur la gouvernance des transports en commun, que M. Poëti avait déposé, va poursuivre son cheminement comme prévu, en février. »

Yves-Thomas Dorval, PDG du Conseil du patronat du Québec
« C'est intéressant comme situation. L'arrivée de M. Daoust aux transports coïncide avec les engagements du gouvernement fédéral d'investir dans les infrastructures, et au moment où la Caisse de dépôt et placement travaille au développement des projets de transports collectifs pour le pont Champlain et l'ouest de Montréal. En ayant aussi la responsabilité de l'électrification des transports, M. Daoust va se trouver au centre de plusieurs stratégies de développement économique importantes, qui vont dans le sens d'une économie plus verte, comme celle que nous proposions avec l'alliance Switch, en début de semaine. C'est très prometteur. »

Marc Cadieux, PDG de l'Association du camionnage du Québec
« Le transport des marchandises est une activité de première importance pour l'économie du Québec, et nous savons que le nouveau ministre est sensible à ces questions. L'industrie travaille de près avec le ministère sur de nombreux dossiers en matière de fiscalité et de main-d'oeuvre, des enjeux à saveur économique, et je pense que nous trouverons un très bon interlocuteur en Jacques Daoust. L'industrie a beaucoup apprécié la collaboration de M. Poëti. »

Déclaration commune de 10 groupes de la société civile
Dans une déclaration commune, 10 groupes de la société civile, dont Vélo-Québec, Vivre en Ville, la Fondation David Suzuki, Piétons Québec et le Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement, félicitent le ministre Jacques Daoust pour sa nomination, et espèrent « que sa vaste expérience économique lui permettra de saisir les opportunités d'investissements dans les transports durables », afin de « repenser complètement le secteur des transports ».

Daniel Beauchamp, directeur général de l'Association du transport urbain du Québec (qui regroupe les neuf plus importantes sociétés de transport en commun)
« Nous accueillons très favorablement la nouvelle orientation que le premier ministre semble donner au ministère, en ajoutant la mobilité durable et l'électrification des transports à son mandat. Cela nous rejoint directement. La mobilité durable, c'est notre ADN. L'électrification des transports est au coeur de notre travail. C'est stimulant de voir que le premier ministre montre la voie de cette façon. »

Dory Saliba, président de Taxi Hochelaga
« C'est extrêmement décevant. M. Poëti est un homme qui avait le dossier du taxi à coeur. On sait qu'il faisait tout ce qu'il pouvait pour aider l'industrie. C'est une grande perte pour nous. L'arrivée d'un nouveau ministre qui ne maîtrise pas le dossier du taxi, c'est une faiblesse. »

Guy Chevrette, porte-parole de la Coalition taxi et ancien ministre des Transports
« Il avait clairement indiqué ses couleurs au sujet d'UberX. C'est une très grande surprise. Je cherche des raisons qui expliquent pourquoi M. Poëti perd son ministère. »

- Avec Tristan Péloquin, La Presse

Source : http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201601/29/01-4945028-une-nouvelle-mission-pour-le-ministere-des-transports.php

Deux liens vers d'autres fils de discussion concernant l'ex-ministre Poëti :
http://metrodemontreal.com/forum/viewtopic.php?t=17782
http://metrodemontreal.com/forum/viewtopic.php?t=17604
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Taciturne



Inscrit le: 31 Mar 2011
Messages: 29

MessagePosté le: Dim Jan 31, 2016 2:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Si nous avions à classer les différentes fonctions ministérielles sur une échelle de type "A, B ou C" pour mesurer leur importance/prestige, celui des transports mériterait sans doute un "B". Ceci dit, de passer d'un porte-feuille économique à celui des transports est assurément une rétrogradation. Surtout avec le profil de carrière que possède Jacques Daoust. On imagine mal un Jacques Parizeau ou un Raymond Garneau par exemple accepter un tel vote de non confiance.

Compte tenu des connaissances succinctes de monsieur Daoust en matière de transports et de, disons, son âge vénérable, son passage au ministère ne devrait guère aller au-delà du prochain rendez-vous électoral.(et rien de bien probant ne devrait émaner pour l'avenir des transports collectifs)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1870
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Lun Fév 01, 2016 12:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Taciturne a écrit:
Si nous avions à classer les différentes fonctions ministérielles sur une échelle de type "A, B ou C" pour mesurer leur importance/prestige, celui des transports mériterait sans doute un "B". Ceci dit, de passer d'un porte-feuille économique à celui des transports est assurément une rétrogradation. Surtout avec le profil de carrière que possède Jacques Daoust. On imagine mal un Jacques Parizeau ou un Raymond Garneau par exemple accepter un tel vote de non confiance.

Compte tenu des connaissances succinctes de monsieur Daoust en matière de transports et de, disons, son âge vénérable, son passage au ministère ne devrait guère aller au-delà du prochain rendez-vous électoral.(et rien de bien probant ne devrait émaner pour l'avenir des transports collectifs)

Composée de 117 mots, voilà une intervention avec laquelle je suis malheureusement en accord.
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Urbanisme et politique Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com